Les impacts sociaux du Covid-19 sur le management des organisations

Face au Covid-19 des réponses managériales
La palette managériale

 

EVAtraining vous propose une série de blogs pour vous aider à réussir votre sortie de crise. Nous nous basons sur le modèle d’analyse PESTEL afin de redonner des couleurs pastelles à défaut d’être vives, à notre monde devenu si gris, si ce n’est très noir. 

 

En stratégie d'entreprise, l'analyse PESTEL est un modèle permettant d'identifier l'influence (positive ou négative) que peuvent exercer, sur une organisation, les facteurs macro-environnementaux. Ce virus entérine la 4ème Révolution Industrielle et oblige les Managers à se réinventer !

 

Nous avons vu précédemment les conséquences du Covid-19 sur les modèles politiques et économiques et nous avons établi un parallèle avec le management opérationnel. Continuons notre série de blogs sur les enjeux de la crise pour le management en abordant aujourd’hui le troisième volet de l’analyse PESTEL, la dimension sociale et sociétale.


Pourquoi les managers doivent faire preuve de résilience organisationnelle ? 🤔

De nos jours, individus et organisations évoluent dans un contexte de changement incessant, comme le montre le modèle V.I.C.A., ce qui a entrainé une adaptation sociale vers plus de flexibilité et par conséquent, de résilience. 

En effet, lorsqu’une crise survient, l’individu s’en trouve automatiquement ébranlé. Deux choix s’offrent alors à lui :

-       se replier sur lui-même et se laisser gagner par l’événement,

-       ou bien, faire face à la situation et trouver le moyen de rebondir.

L’être humain à la capacité de se dépasser et ainsi de faire preuve d’une grande résilience pour aller de l’avant.

 

Toutes les organisations connaissent le même schéma : 

 

Face au Covid-19 des réponses managériales
Résilience organisationnelle

De ce moment de crise aux joies du changement grâce à la résilience ! 🤗

Lorsque l’identité de l’organisation est ébranlée par une crise, comme actuellement, nous entendons par là, sa structure, sa stratégie ou son management, les individus qui y travaillent font acte de résistance et prônent le fameux : « C’était mieux avant ! ». Pourtant, au sein de la structure, certains individus prennent sur eux les souffrances de leurs collègues. Capables de gérer les émotions et de contribuer ainsi au bien-être de leurs collègues, ils anticipent à la mise en place de la résilience ; on les appelle les « Toxic Handlers » littéralement des “gestionnaires de toxiques” et dans une traduction plus  précise : “absorbeurs d’angoisse”. Grâce à leur compassion, ils deviennent les catalyseurs de leurs propres souffrances internes et des souffrances qui leurs sont externes, celles de leur organisation.

 

La mise en place des conditions de résilience d’une organisation implique toutefois une analyse approfondie de la crise en se demandant à quel stade on se situe car cela permet de définir le plan d’action à mettre en œuvre pour y remédier.

 

Les questions classiques à se poser sont celles du fameux hexamètre quintilien :

  • Où/Quand intervenir ?
  • Avec quels outils ? / De quelle manière ? (Comment ?)
  • Qui ? Quoi ? Combien ? Pourquoi ? Pour (faire) quoi ?

 

 

La réponse à ces questions permet de créer de nouveaux modèles organisationnels, de montrer un sens et de développer de la compassion. Pour ce faire, il importe de donner la parole aux ressources internes car la résilience organisationnelle est un levier pour aider les individus de l’organisation à rebondir, faciliter les changements organisationnels, garder le cap et innover. La sortie de crise implique que les  managers ne perdent pas de vue les impacts sociaux du COVID-19 sur le management des organisations.


La transformation des organisations et des secteurs de l’activité économique 👉

Nous constatons que nous sommes actuellement totalement dans ce schéma. Si l’on compare les valeurs dominantes dans les organisations en 2020 avec celles qui étaient considérées 5 ans plus tôt, on constate que le contrôle qualité ou l’écoute active ont été détrônés au profit de la flexibilité cognitive et surtout de l’intelligence émotionnelle. Si les récentes avancées technologiques du développement numériques, de l’intelligence artificielle ou de la robotisation permettent d’automatiser certaines tâches, l’intervention humaine n’en est que plus importante afin de favoriser la créativité qui donnera naissance à de nouveaux produits et de nouvelles façons de travailler. L’exemple de quelques secteurs d’activité économique nous en fait prendre toute la mesure. 

Face au Covid-19 des réponses managériales
Homme -Robot

Comment les média-sociaux ont révolutionné le secteur de la communication ? ✅

Le premier secteur à connaitre ces évolutions est sans conteste celui de la communication et des média car les réseaux sociaux ont suppléé voire remplacé la télévision et autres média traditionnels. L’actualité est suivie sur Twitter, des groupes se constituent et se mobilisent sous Facebook, Monsieur ou Madame Toulemonde devient influenceur(euse) et chacun d’entre nous peut, tout à loisir, publier ses posts ou ses blogs sous Linkedin, par exemple. Sans complexe, chacun met en ligne les vidéos réalisées dans son salon ou ses meilleures photos sur Instagram et en cas de problème avec un fournisseur, on publie sa réclamation client sur un site bien en vue. Plus l’information sera relayée, plus on a de chance qu’une solution nous soit rapidement proposée. Et cela fonctionne ! On oublie la communication de fond des journaux ou des magazines au profil de l’expérience « Live » et de l’instantané, certainement au détriment de la qualité, ce qui n’est pas l’objet du propos.

Les média sociaux ont acquis leurs lettres de noblesse. On le constate notamment via l’émergence massive de webinars, tutoriels et autres cours à distance [i]

Et par extension, les loisirs ont également évolué. Finis les cours d’aérobic à la télévision. Si on le souhaite, on peut participer à un entrainement en direct avec un pro situé à l’autre bout du monde. Inutile d’aller au cinéma. On peut aussi regarder son film ou sa série préféré(e) quand on veut, où on veut et dans la langue de son choix.

 

Cette globalisation de la communication a également ouvert les frontières relationnelles : la pratique de l’Anglais s’impose pour tous. Les jeunes l’ont bien compris puisqu’ils sont généralement beaucoup plus à l’aise dans les langues étrangères que leurs ainées[i]. C’est certainement plus motivant de regarder un concert ou d’écouter une interview de son artiste favori que de lire un texte de Shakespeare ou de se plonger dans des lexiques de vocabulaire.


[i] Pour en savoir plus sur le soutien scolaire à distance, rendez-vous sur notre site www.evaschool.net

[ii] Nos cours de langue s’adressent à tous et peuvent vous être proposés dans plusieurs formats y compris sur mesure. Plus d’informations sur notre site rubrique EVAlingua. 

Face au Covid 19 des réponses managériales
Des langues pour tous grâce à des solutions flexibles

Comment les ordinateurs révolutionnent les métiers de la finance ? 💻

Par ailleurs, la transformation digitale permet d’accroitre l’efficacité et la fiabilité des analyses bancaires accélérant ainsi les mutations du secteur financier. L’automatisation de tâches telles que la facturation, la collecte et la saisie automatique de données permettent aux banques de renforcer leur contrôle de gestion, analyse de données et études statistiques ce que révèle l’émergence des nouveaux métiers liés à ces fonctions. La machine n’a pas remplacé l’homme, elle s’y est substituée afin de lui libérer la possibilité de se consacrer à des tâches à plus haute valeur ajoutée. Plus que jamais, la tendance amorcée avant la crise va continuer.

Comment le e-commerce bouleverse la vente traditionnelle ? 📲

Le secteur de la vente est également en pleine mutation. La vente en ligne est en passe de devenir le mode de distribution des biens de consommation courants. La tendance était déjà amorcée : la crise du Covid-19 la confirme. Finis les achats en magasin : dans la mesure du possible, les courses se font depuis son canapé sur un simple téléphone connecté en allant directement sur le site du fournisseur. En cas de besoin, on peut toujours appeler un opérateur ou chatter avec lui/elle pour un conseil. Et les articles sont livrés directement à domicile, quand on ne va pas les chercher soi-même au point de retrait. Tellement pratique ! Adieu le stress des méga hypermarchés (et les dépenses inutiles) !

 

Certaines entreprises, souvent américaines ont, depuis les années 50, compris l’intérêt de la vente directe dans la rationalisation de leurs coûts de distribution. Ces schémas ont fait leur preuve au point que certaines sociétés internationales ont développé leur modèle économique sans aucun magasin ni aucune équipe commerciale interne, simplement par le bouche-à-oreille. Ce modèle de vente reconnu intéresse de plus en plus les entreprises qui cherchent à raccourcir leur circuit de distribution, et par extension, augmenter leurs bénéfices en diminuant ces coûts intermédiaires. Les clients quant à eux apprécient de pouvoir se fier à des retours d’expérience concrets aux antipodes des publicités aseptisées. Sur les conseils de leurs amis ou de leurs voisons, ils n’hésitent pas à aller directement à la ferme par exemple, chez le producteur, chercher fruits et légumes, viande ou produits artisanaux. Recherche de qualité et de bien-être, mode pour les produits Bio, souhait de faire tourner l’économie locale en consommant ce qui est produit à sa porte, voila autant de motivations qui induisent les nouveaux comportements des consommateurs. Les habitudes adoptées pendant la crise sanitaire donnent lieu à une économie plus responsable et cette prise de conscience va certainement perdurer après la crise.


Les Managers se repositionnent pour lutter contre la fracture sociale 🏹

Le contexte du confinement imposé fait éclater la vérité des factures sociales et génère un mouvement de civisme citoyen.

 

Face au Covid 19 des réponses managériales
Masque - Covid-19 - Déconfinement

Le confinement est une notion propre à chaque individu car il renvoie à la situation individuelle de chacun. Seul ou en famille, dans un petit appartement, une maison, un centre social, une prison ou autre, en bonne santé ou fragile, jeune ou âgé, chacun est confronté à sa réalité.

Pour certains, le confinement est un moment agréable. Il offre le temps de se poser, de prendre soin de soi et de ses proches, de profiter de son chez-soi, de sa famille ; il revêt une forme douce et agréable : cela peut être un parcours initiatique, un temps propice au bilan personnel et à un resserrement des liens familiaux.

Pour d’autres, la promiscuité va faire éclater des crises (abus sexuels, violences conjugales) et la peur du manque va engendrer des violences (des vols, des émeutes, comme dans les supermarchés).  Les personnes déjà en situation précaire, les personnes à la rue, les personnes malades vivent la période de confinement dans une angoisse décuplée pour leur santé et/ou leur situation économique, on peut parler d’hyper-vulnérabilité dans ces cas bien précis.

 

De surcroît, nous devenons conscients de nos interdépendances et  du solidarisme, et, de ce fait, la crise génère la construction d’un comportement collectif. Nous sommes appelés à faire preuve de civisme en restant chez nous car il en va de notre responsabilité collective. La privation de circuler fait découvrir des conceptions positives de la liberté. Le risque fait reconsidérer certains métiers qui étaient fortement dévalorisés comme agents de caisses, agents d’entretiens, cuisiniers, personnel soignant par exemple. Des initiatives solidaires se mettent en place ; les exemples sont nombreux où que l’on soit.

 

Il convient de se questionner sur le maintien de la solidarité à l’avenir. L’individualisme qui caractérise nos sociétés reprendra-t-il le dessus ?

 

Pour réussir sa transition d’après-confinement, tout bon manager va être amené à reconsidérer l’organisation de son… organisation (!) et à la transformer pour l’adapter à la nouvelle réalité, tout en tenant compte du stress et des difficultés que la crise et ses changements ont pu et peuvent générer auprès de ses collaborateurs, internes ou externes. Maintenant plus que jamais, il devra adapter sa communication au contexte pour communiquer efficacement en milieu professionnel et privilégier le management bienveillant afin de (re)prendre confiance dans son rôle de manager pour aller de l’avant avec son équipe, tout en assumant pleinement son rôle de leader dans ce nouvel environnement. Si tel est votre défi, EVAtraining est là pour vous accompagner individuellement ou par des formations à distance que vous pouvez même faire de chez vous pour anticiper la reprise.


Et pour passer vos connaissances à la machine, faire revivre les couleurs que l’on croyait délavées, avant, rendez-vous dans nos prochains blogs.